Agenda : Rencontrez l’AOTA au mois de septembre

Dans le cadre de sa mission de représentation de ses adhérents, l’AOTA sera auditée le 5 septembre à l’Assemblée Nationale par la mission d’information sur le Plan France Très Haut Débit pilotée par les députés Laure de la Raudière et Eric Bothorel.

Le 14 septembre, l’association convie ses adhérents à une Assemblée Générale Extraordinaire suivie d’un workshop (équipementiers, opérateurs de gros, éditeurs, etc). Pour vous inscrire, merci de contacter le Président ou Secrétaire.

Le lendemain, 15 septembre, l’AOTA sera représentée par plusieurs membres au FRNOG, lieu de rendez vous incontournable des professionnels des réseaux IP et télécoms en France. L’AOTA prendra d’ailleurs quelques minutes pour présenter ses objectifs à l’audience de l’évènement bi-annuel.

Nous espérons vous voir à cette occasion !

De nouveaux opérateurs rejoignent l’AOTA

Lors de sa réunion mensuelle, le CA de l’AOTA a validé les demandes d’adhésions de nouveaux opérateurs.

Nous souhaitons donc la bienvenue à Diatem, LaSoTel, Options Services et Ovea qui rejoignent l’association portant à près d’une trentaine le nombre d’opérateurs commerciaux d’envergure régionale ou multi-régionale fédérés.

Analyses des marchés fixes : Quelle déception !

Après moultes consultations, auditions et concertations, l’ARCEP a rendu ce jour les principales conclusions de ses analyses des marchés fixes.

Outre son incapacité à réparer les erreurs du passé, l’AOTA constate avec beaucoup de regrets que le régulateur n’a pas pris en compte ses demandes répétées de production d’une offre FTTH activée nationale par l’opérateur dominant. Elle prend le risque de fragiliser une multitude d’acteurs du marché, multitude que la régulation n’a jamais su valoriser comme il se doit.

Au lieu de cela, elle pense « permettre à un foisonnement d’opérateurs entreprises de détail d’innover en s’appuyant sur ce marché de gros ainsi que sur une option de revente des offres de détail FTTH d’Orange ». Le régulateur préfère donc que les opérateurs commerciaux d’envergure régionale ou multisectoriels deviennent de simples revendeurs d’Orange ou ne se contentent d’acheter des prestations à un nouvel entrant sur le marché de gros qui ne dispose d’aucune contrainte particulière en matière de tarifs.

Pour une Autorité dont le Président n’a de cesse de se faire le chantre de la neutralité du net et de la régulation des GAFA dans les médias, outre un manque évident de connaissance fine du tissu d’opérateurs alternatifs et de leur contribution locale à l’aménagement numérique, force est de constater un manque de courage flagrant lorsqu’il s’agit de s’attaquer à la position écrasante de l’opérateur historique, héritier du domaine public national des télécommunications dont il conviendrait d’engager la séparation fonctionnelle et structurelle à l’instar de BT et Open Reach au Royaume-Uni.

Cette neutralité et par extension ce dynamisme était justement garantie en France par une concurrence capable de collecter des accès activé à l’échelle régionale ou nationale pour produire ensuite des services numériques fondés sur des infrastructures performantes et indépendantes.

En offrant uniquement un accès FTTH en mode revente (marque blanche opérateur) et non en offre activée (incluant desserte+collecte avec livraison à l’opérateur tiers des flux sur son réseau), des centaines d’opérateurs tiers disposant de leur infrastructure (cœur de réseau, collectes RIP activées, BLOD ou BLOM locale) devront non seulement faire cadeau de leurs clients finals à Orange en sus de ne plus pouvoir maitriser la bande passante sur leur réseau ni même l’équipement opérateur chez le client. S’il s’agissait de renforcer le pouvoir dominant de l’opérateur historique et de brider l’innovation, on ne s’y prendrait pas mieux !

Ce n’est pas le rôle du régulateur de décider quelles offres doivent être produites pour quelles cibles d’abonnés. Ni même de choisir quel grossiste pourra les fournir mais de permettre à tous les acteurs de disposer d’une large palette d’offres, incluant l’accès au réseau de l’opérateur dominant.

Cette analyse n’en est pas une. Elle omet le rôle décisif des opérateurs commerciaux d’envergure régionale nés avec les RIP activés et pour les plus anciens, avec le bitstream de l’opérateur dominant, permettant de proposer au marché B2B des services numériques complets, bon marché avec un accompagnement personnalisé particulièrement apprécié par le monde économique.

Elle ne prend pas en compte les attendus des opérateurs alternatifs qui ont marqué à de nombreuses reprises ces derniers mois leur vif intérêt pour accéder à des offres activées. L’AOTA espère que l’ARCEP contribuera à rendre plus lisible et plus accessible l’offre d’hébergement d’équipements dans les NRO d’Orange pour ses adhérents désireux d’activer localement la BLOM (FTTH) ou BLOM durcie (FTTE).

L’AOTA prend acte de l’ensemble des conclusions. L’Association entend désormais saisir l’Autorité de la Concurrence face à cette erreur d’analyse tragique pour le marché français des télécoms.

Analyses de marché : Audition par le collège de l’ARCEP

Notre association a été auditée ce jour par le collège de l’ARCEP en lien avec les récentes analyses de marché et notamment sur le marché des entreprises.

Nos représentants, Président et Secrétaire, ont fait part de multiples commentaires en lien avec la vision de la régulation qui est orientée en faveur de la destruction massive de valeur ces prochaines années pour rendre le THD accessible au monde économique.

Si cette vision raisonnée est partagée, il n’en reste pas moins qu’elle doit se faire grâce aux acteurs présents qui entendent jouer leur rôle dans la transition numérique du monde économique français.

Par conséquent, l’AOTA a demandé à l’ARCEP d’agir pour que l’opérateur puissant introduise une offre FTTH activée (bitstream) au bénéfice des opérateurs alternatifs indépendants. D’autres demandes ont été formulées dans l’objectif double de permettre aux alternatifs de poursuivre leur mission au sein des territoires et d’innover dans leurs approches techniques et commerciales sur la fibre mutualisée avec service renforcé (dite « BLOM durcie ») et dédiée (« BLOD ») déployée par plusieurs adhérents de l’association.

Enfin, l’AOTA a également alerté le régulateur sur la situation des opérateurs situés dans les DROM dont les coûts prohibitifs de transport longue distance via les câbles sous-marins empêchent toute innovation dans ces territoires au bénéfice des utilisateurs finals.

L’AOTA tient à remercier l’ensemble des équipes de l’ARCEP et notamment de son collège pour le temps accordé à cette audition et reste à son entière disposition.

Un point interne avec nos adhérents sera réalisé ces prochains jours afin de permettre au Conseil d’Administration de mener de prochaines actions en faveur du maintien et du développement des opérateurs alternatifs.

Analyses de marché ARCEP : L’avis de l’Autorité de la Concurrence

L’Autorité de la concurrence rend à l’ARCEP un avis dans le cadre du cinquième cycle d’analyse des marchés de gros du haut-débit et du très haut-débit fixe.

L’Autorité partage l’essentiel des conclusions du régulateur. Elle suggère notamment que les obligations envisagées visant Orange en tant qu’opérateur d’immeuble soient élargies à l’ensemble des opérateurs.

L’AOTA réaffirme sa demande de production dans les meilleurs délais d’une offre FTTH activée pour les besoins des opérateurs commerciaux alternatifs n’ayant pas les capacités techniques et/ou financières d’utiliser les offres passives d’OWF.

Cette demande reste aujourd’hui l’une des principales demandes des adhérents et l’association entend mener toutes les actions nécessaires afin d’obtenir la production de l’offre par l’opérateur puissant au bénéfice du marché entreprise, considéré comme parent pauvre de la régulation.

Découvrez notre nouveau site web

Nous sommes très heureux de vous accueillir sur le site de notre association créé par notre adhérent TechCrea solutions.

Nous publierons régulièrement nos actualités, communiqués et projets.

Ce site est également mis à la disposition de nos adhérents pour communiquer leurs actualités, offres d’emploi, etc.