FttH : Les opérateurs régionaux se lancent dans le dégroupage des NRO et PMZ des OCEN

C’était un souhait, c’est désormais une réalité : les opérateurs régionaux s’engagent dans le dégroupage des points de mutualisation et NRO de l’opérateur Orange, principal acteur du déploiement de la fibre mutualisée (FttH / FttE) en zone AMII et ZTD.

Après l’annonce de LaSoTel à Lyon il y a quelques mois qui a fait le choix de dégrouper localement des NRO de l’opérateur Orange, c’est au tour de l’opérateur Neuronnexion, adhérent et cofondateur de l’AOTA, d’annoncer avoir finalisé le raccordement de 50 points de mutualisation sur le territoire de la commune d’Amiens.

En outre, cette annonce est adossée à l’arrivée d’une offre de gros locale au bénéfice de l’ensemble de l’écosystème d’opérateurs régionaux désireux de servir des clients finals sur le territoire amienois.

« Nous sommes très heureux de cette annonce qui prouve que l’objectif de l’ARCEP de créer de nouveaux acteurs de détail et/ou de gros dédié au marché entreprises n’est pas impossible à l’échelle régionale » se réjouit David Marciano, Président de l’AOTA, qui ajoute que « désormais, outre l’importance de bénéficier d’une offre de gros FttH activé nationale chez OWF, notre but est de répliquer ces initiatives à large échelle puis de fédérer les offres de gros des adhérents qui déploient des infrastructures pour favoriser l’émergence d’un opérateur d’infrastructure multi-régional qui mutualisera les efforts de nos adhérents ».

Neuronnexion est également l’un des deux représentants de l’AOTA au sein du Comité d’experts fibre de l’ARCEP.

QoS et offres de gros B2B : L’ARCEP mène l’enquête, l’AOTA se tient à sa disposition

2018 devait être l’année de la grande révolution sur le marché des télécoms B2B.

Mais faute de convictions pour la défendre, cette noble promesse n’engage que ceux qui l’ont pensé comme réaliste, tant les barrières subtilement érigées par l’opérateur dominant – Orange – sont nombreuses, donc longues et complexes à lever. Le planning souhaité pourrait ainsi s’en trouver largement dépassé et pénaliser une nouvelle fois le marché B2B, parent pauvre de la régulation française des télécoms depuis près de 20 ans.

Ce 8 janvier, l’ARCEP ouvre une enquête administrative sur deux sujets critiques (QoS production cuivre/BLOD et offres B2B d’Orange), et ceci juste après la publication définitive des analyses de marché. Pour rappel, ces analyses ont reçu un sérieux coup de semonce de l’Union Européenne face au manque de régulation asymétrique, preuve que le regard porté sur le marché B2B français n’était pas si juste qu’espéré, l’UE attendant en effet beaucoup plus dont une offre bitstream sur le réseau de l’opérateur dominant.

Il est particulièrement étonnant que le régulateur découvre que ce même opérateur dominant traîne des pieds pour développer l’accès à ses infrastructures au profit de la concurrence sur les sujets :

  • du génie civil : les membres de l’AOTA impliqués dans le déploiement de BLOD ou BLOM attendent par exemple l’accès aux mêmes informations que OBS (cartographie actualisée en temps réel des réseaux souterrains et aériens utilisables) promis dans les dernières analyses de marché
  • de l’accès de gros à la BLOM (FttH) : faute d’encourager la mise en production d’une offre de gros activée en lien avec le choix de laisser ce marché à des acteurs de gros dont l’émergence reste incertaine et longue, l’offre de revente d’accès FttH en marque blanche s’est imposée comme remède. Hélas, elle est totalement contraire même aux principes édictés par l’ARCEP qui se veut garante de la neutralité du net version française. Seule une offre de gros activée peut permettre en outre de répliquer la capillarité de l’opérateur dominant
  • de l’accès aux NRO souligné comme problématique dans les analyses de marché : l’ARCEP n’a pas encore donné de suite aux demandes répétées des acteurs membres de l’AOTA mais aussi à quelques collectivités qui ne peuvent répondre aux exigences en matière de clauses d’assurance tout à fait disproportionnées pour héberger des équipements actifs dans les NRO, points devenus essentiels pour activer la BLOM Orange. Des dizaines de millions d’euros d’investissements (déploiements de nouvelles fibres de collecte, achat d’équipements, etc) sont en attente à cause de cette barrière à l’entrée incompréhensible que Orange ne veut surtout pas faire évoluer pour limiter la concurrence de nouveaux entrants désireux de créer des offres sans doute plus innovantes que les siennes…
  • de l’accès aux RIP opérés par Orange et qui ne disposent pas, pour la plupart, d’offres de gros activés et subissent en toute logique un manque d’appétence des clients finals en attente d’une offre concurrentielle dense. Les contribuables s’en trouvent donc lésés et financent le développement du réseau d’un OCEN en premier lieu !

De toute évidence, les remèdes proposés par le régulateur sectoriel pour stimuler le marché B2B restent totalement inefficaces en l’état.

L’ARCEP semble se rendre compte tardivement que le choix de faire entrer de nouveaux acteurs nationaux sur le marché de gros n’était sans doute pas la bonne méthode alors qu’un tissu d’acteurs régionaux, pour beaucoup propriétaires d’infrastructures BLOD et/ou BLOM en AMII et clients des RIP locaux, permettrait de favoriser le dynamisme du marché B2B en sus de laisser les divers acteurs s’organiser pour créer des interconnexions entre eux afin de répondre aux projets d’envergure nationale proposés par les clients finals.

Ce dernier point est déjà en place entre la plupart des acteurs de l’AOTA et a démontré sa pertinence. Seule une offre de gros activée sur le réseau de l’opérateur dominant, par extension le plus capillaire, manque aujourd’hui pour faire décoller durablement ce marché.

Enfin, bon nombre d’opérateurs constatent des retards inquiétants de production de liens cuivre et fibre optique chez l’opérateur Orange. Dans le même temps, ces acteurs constatent que OBS (filiale de détail B2B de cet opérateur dominant) continue de produire – visiblement dans les temps – ses offres internes en sus de proposer des offres fondées sur sa BLOM. Des offres de détail que les opérateurs alternatifs ne peuvent donc pas répliquer à ce jour.

Une double peine pour les opérateurs alternatifs que l’AOTA considère comme totalement inacceptable du point de vue du droit de la concurrence.

L’Association étudie aujourd’hui toutes les options pour ouvrir durablement le marché B2B français à la concurrence en levant l’ensemble des barrières à l’entrée pour tous les acteurs désireux de se développer aux côtés des OCEN afin de répondre aux attentes des consommateurs professionnels et entreprises en pleine transformation numérique.

L’AOTA invite l’ARCEP à interroger l’ensemble de ses adhérents dans le cadre des enquêtes administratives initiées par ses services.

Analyses de marché : l’Union Européenne soutient le lancement d’offres activées

C’était une demande répétée de nombreux acteurs depuis plusieurs mois et force est de constater qu’elle a été entendue jusqu’à Bruxelles : la production d’offres activées par l’opérateur dominant français pour les opérateurs alternatifs du marché B2B.

L’Union Européenne vient en effet de rendre son avis suite aux analyses de marché ARCEP. Dans celui-ci, mis en ligne publiquement par l’UE et relayé par l’AOTA, il est notamment question de « l’absence d’offres d’accès bitstream sur le segment professionnel du marché de détail ».

Consciente des quelques avancées proposées par le régulateur sectoriel français, la Commission Européenne semble toutefois insatisfaite de celles-ci puisqu’elle « observe qu’Orange a toute latitude pour adapter ses offres actuelles de co-investissement et de location de ligne de manière à permettre aux opérateurs souhaitant desservir le segment professionnel du marché de détail du haut débit d’exercer leurs activités d’une manière économiquement viable. Les informations actuellement disponibles ne permettent pas de déterminer avec certitude si une modification des conditions tarifaires pourrait effectivement avoir l’effet escompté. Si les barrières à l’entrée sur le marché de gros de l’accès central restent élevées malgré l’existence de nouvelles offres d’accès passif et si les opérateurs ne commencent pas à proposer des offres de gros d’accès actif diversifiées, comme l’envisage l’ARCEP, la Commission réitère son observation formulée dans le cadre de la précédente analyse de marché invitant l’autorité à reconsidérer l’imposition d’une obligation de fournir des produits d’accès sur fibre de type bitstream, au moins dans les zones où d’autres produits d’accès ne sont pas économiquement viables.« 

Dans la continuité des demandes en faveur d’une régulation asymétrique plus importante formulées précédemment, l’Union Européenne milite pour un marché français largement plus concurrentiel et en particulier sur le segment des entreprises. Cette demande passe par une capacité pour les opérateurs régionaux de répliquer les offres de détail actuellement proposées par l’opérateur dominant sur l’ensemble des zones ouvertes à la commercialisation.

Ces dernières semaines, des voix s’étaient élevées – telle que celle de la Députée Hennion – pour réclamer un changement de paradigme au sein du régulateur, arcbouté sur une instable position d’ouverture du marché de gros sans toutefois donner au préalable un accès large et générique au réseau FTTH de l’opérateur dominant, héritier du domaine public national des télécommunications, et qui est donc le plus capillaire in fine.

L’AOTA espère désormais que le régulateur sectoriel français prendra acte de cette position afin d’apporter aux opérateurs régionaux la capacité à accéder à l’ensemble du réseau de l’opérateur dominant par le biais de collectes activées nationales, régionales et locales (au NRO) pour stimuler un marché parent pauvre de la régulation depuis près de deux décennies.

QoS or not QoS : Le FTTH peut-il supporter une qualité de service renforcée ?

Le titre de cet article évoque à lui seul une difficulté opérationnelle à venir pour les opérateurs de boucles locales optiques mutualisées : répondre à la volonté du régulateur d’offrir des services à qualité de service renforcée (GTI et/ou GTR de quelques heures en horaires ouvrés) sur une infrastructure conçue à l’origine pour être mutualisée de bout en bout.

Pour rappel, en France, c’est une mutualisation au plus près de l’abonné qui a été retenue et non une mutualisation globale au NRO. Ce qui n’est pas sans créer de nombreux points de défaillance potentiels (voir ci-dessous) et autres incidents de sécurité.

En ZTD (une centaine de communes), le point de mutualisation (PM) de l’opérateur se trouve en pied d’immeuble ce qui réserve son lot de surprises parmi lesquelles les impossibilités d’accéder aux parties communes pour les techniciens des opérateurs empêchant de facto ceux-ci de tenir une GTR forte (4H ouvrées ou 24×7), ou encore la dégradation du PM lorsque celui-ci est mal sécurisé.

En ZMD, le PM déployé par Orange ou SFR se trouve généralement en armoire de rue. Si l’on s’en tient à la réglementation, ces PM devaient être initialement d’une taille de 1000 lignes mais l’exception est devenue la règle et toutes les villes ont ainsi vu pousser des armoires de 300 lignes. Ces armoires aux multiples intervenants sont autant de points de vulnérabilité dans le réseau et de nombreux cas remontés par les forums et autres réseaux sociaux le prouvent régulièrement (voir également ici).

Dans les zones de RIP, selon le concepteur et/ou exploitant retenu, les PM sont parfois mieux protégés (shelters bétons) et sont adossés à un NRO ce qui permet en outre une plus grande souplesse pour les opérateurs qui souhaitent activer les lignes passives sans supporter le coût d’un lien de transport NRO-PM. Hélas, des adhérents de l’AOTA ont constaté que ce modèle n’était généralement pas retenu dans certains territoires qui se sont attachés les services d’un OCEN pour construire et exploiter leur RIP, répliquant ainsi le modèle courant dans les ZMD propice à créer une barrière technique et économique tant ces armoires sont nombreuses.

  • Quelle architecture fibre propose la meilleure qualité de service aux entreprises ?

Entre le FTTH (fibre mutualisée avec ou sans qualité de service renforcée), le FTTE (fibre dédiée mais fondée sur le réseau mutualisé) ou le FTTO (fibre point à point dédiée), de toute évidence, le FTTO restera la norme en matière de qualité de service optimale pour beaucoup d’entreprises recherchant une Garantie de Temps de Rétablissement (GTR) forte de 4 heures ouvrées minimum.

Une GTR étant une obligation de résultat générant des pénalités pour l’opérateur lorsque celle-ci n’est pas respectée, elle nécessite une organisation très spécifique d’où la différence de coûts face une offre ne disposant pas de GTR ou d’une simple GTI (Garantie de Temps d’Intervention), à l’opposé d’une offre intégrant une GTR de 4H ouvrées mini. 

Le FTTE (fibre dédiée empruntant les câbles de la BLOM et soudée au PM) pourrait apporter une réponse plus efficace économiquement. Il n’en reste pas moins qu’il empruntera des câbles et des armoires (ZMD, RIP) ou boitiers (ZTD) prévus pour l’infrastructure BLOM traditionnelle. Les premières offres fondées sur cette architecture arriveront début 2018 sur le marché.

Comme le démontre le schéma ci-dessus, le réseau FTTH – avec ou sans garantie de service « renforcée » – comportera en l’état trop de points de défaillance possibles qui ne pourront pas permettre d’assurer une GTR forte (4H maxi) aux utilisateurs finals. La recherche des responsabilités ainsi que la mise en œuvre d’une solution de rétablissement prendra un certain temps dans le cas de réseaux mêlant plusieurs intervenants, c’est pourquoi certaines entreprises ne pourront se contenter de ces offres « best effort ». L’AOTA appelle sur ce dernier point ses adhérents à faire preuve de pédagogie dès à présent auprès de leur clientèle.

Si elle soutient une nécessaire amélioration technico-économique des offres pour les entreprises à commencer par les plus petites, l’AOTA sera également très attentive aux incidents de production rencontrés par ses opérateurs adhérents qui décideront de proposer des offres FTTH à qualité de service renforcée. L’enjeu étant de ne pas léser les utilisateurs finals dont le contrat intègre une GTR minimale, pouvant s’avérer intenable en raison d’une infrastructure inadaptée à un délai de remise en état court.