RIP Orange et Orange opérateur de détail : un curieux mélange des genres…

Ces dernières années, et en particulier depuis un peu plus de 18 mois, l’opérateur intégré Orange – ex France-Telecom, héritier du domaine public national des télécommunications – a pris de nombreuses parts de marché dans l’activité de la construction et l’exploitation de Réseaux d’Initiative Publique, construits et financés par de l’argent public.

Suivant ce paradigme consacré par l’article L1425-1 du CGCT, ils se doivent d’êtres neutres et ouverts à tous les opérateurs de détail sans discrimination.

L’AOTA a cependant noté à de nombreuses reprises des frictions entre les exploitants et les opérateurs de détail. Et cela perdure avec l’opérateur Orange.

L’association a relevé ces derniers mois :

  • Des difficultés à obtenir puis contractualiser les offres de gros par des opérateurs de détail : faute d’une structure dédiée aux RIP, les opérateurs doivent s’adresser à la division opérateurs d’Orange (OWF), rendant le modèle commercial de ces RIP d’autant plus instable, lent et complexe
  • Une communication liée aux RIP incluant des éléments publicitaires des offres fibre de la branche de détail (voir photo ci-dessous), les opérateurs conventionnés sur le RIP n’étant pas conviés à ces événements ce qui constitue une totale anomalie concurrentielle
  • Plus problématique et faute d’une communication adaptée des collectivités et de son prestataire constructeur/exploitant, l’incompréhension par les utilisateurs finals du rôle réel d’Orange dans ces réseaux, lui conférant une visibilité inévitablement largement supérieure à celle des opérateurs de détail clients de ses RIP

En effet, identifié par le même nom et le même logo que celui de ses offres de détail, Orange dispose d’un avantage significatif sur le marché des réseaux d’initiative publique. Ceci contribue à renforcer sa position écrasante sur le marché de détail, en sus, de ne pas respecter pleinement la neutralité imposée par la loi dans certaines réunions dédiées à son activité d’exploitant de RIP.

Source : compte Twitter, direction des collectivités locales Orange

L’association estime aujourd’hui que que la question de la séparation fonctionnelle et structurelle d’Orange doit plus que jamais être posée. Elle s’en remet pour cela aux services de l’ARCEP en premier lieu.

Il est en effet nécessaire d’imposer – à minima – à Orange une évolution d’identité associée à la création d’une structure dédiée et d’un système d’information propre pour son activité de construction, de commercialisation et d’exploitation de réseaux d’initiative publique. Cette action est plus que jamais nécessaire afin d’assurer une parfaite neutralité aux collectivités et aux opérateurs de détail usagers.

Cette demande sera relayée par l’AOTA auprès de l’Union Européenne, garante du respect des lois et directives européennes en matière d’aides d’Etat notamment.

Enfin, dans le cadre de la loi ELAN, l’AOTA prend acte de la demande de suppression par le gouvernement d’un amendement du Sénateur Chaize visant à exiger la production d’offres d’accès activées par les opérateurs disposant d’une infrastructure passive. Cette suppression regrettable est de nature à favoriser un peu plus un opérateur dominant et à freiner ainsi la transformation numérique du monde économique désireux de profiter de services numériques modernes auxquels ils peuvent avoir accès par le biais d’un large écosystème d’opérateurs de proximité.

L’AOTA observe enfin attentivement la stratégie de SFR, autre opérateur d’envergure nationale présent sur le marché de l’exploitation de RIP, et se réserve la possibilité d’intervenir si des problèmes de marché continuaient d’impacter durablement ses adhérents. Des premières alertes lancées par certains d’entre-eux sont en cours d’analyse par l’association.

Posted in Actions de l'AOTA, Communiqués.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.